Le petit prince de la rue

Il aura fallu attendre plus de 5 ans pour voir arriver du « vrai » nouveau chez Ricoh avec l’introduction de la troisième itération du GR. La version II n’étant qu’une copie de la première agrémentée d’une fonction Wifi. J’ai eu la chance de mettre la main sur un des premiers exemplaires en stock. J’aimerais vous partager ici mon expérience avec ce nouveau compact et plus généralement avec le modèle GR. Cette revue ne se veut pas une liste exhaustive des performances techniques de l’appareil, mais plutôt une réflexion sur l’outil photographique et l’expérience de prise de vue.

Ricoh GR II

Ricoh GR II

Le meilleur appareil photo

Au risque de gâcher la fin du film, je crois qu’il est naïf de penser qu’un appareil photo puisse être supérieur à tous les autres. C’est une affaire de distraction! Il y a autant d’appareils que d’utilisateurs et ce sont vos besoins qui vont définir le modèle qui vous donnera satisfaction. Du bon équipement peut certainement rendre vos images plus belles, mais pas meilleures. Vos yeux jouent un rôle beaucoup plus important dans le résultat! Je sais que c’est ironique d’écrire un test après avoir dire ça… Le meilleur appareil photo est donc celui que vous connaissez bien, qui vous accompagne et qui devient le prolongement de vous même. Dans la liste sans fin des modèles proposés, le Ricoh GR se fait discret. On peut même dire qu’il est largement sous-estimé par la communauté des photographes qui lui préfère ses homologues de chez Fuji (X100), Sony (RX100) ou Panasonic (LX100). Espérons que le GR III se démocratise à un public plus large et qu’il reçoive enfin les honneurs qui lui sont dus.

Ricoh GR II

Ricoh GR II

Un retour à l’essentiel

Au cours de mon parcours professionnel, j’ai eu la chance de travailler comme conseiller-vendeur dans un magasin d’appareil photo. En 4 ans, j’ai beaucoup appris sur le plan technique et matériel. C’est à ce moment là que j’ai commencé à m’équiper sérieusement et à mettre la main sur toutes sortes d’équipements. Les modèles ont défilés, une douzaine d’appareils au bas mot, de Fuji à Leica en passant par Nikon, Olympus et Contax. Je n’ose même pas compter les objectifs… Après cette overdose d’équipement, j’ai décidé de retourner à la base de la photographie et à une simplicité forcée, car c’est là que réside la véritable sophistication. J’ai donc acheté le Ricoh GR II. L’ironie continue. Il avait beau être « obsolète » sur le papier, il m’a tout de suite plu. Timide sur ses spécifications techniques, il m’a encouragé à être plus créatif en acceptant ses limites. C’est comme si j’avais récupéré une responsabilité confiée jusque là à mon équipement. Je redevenais le seul garant de la réussite de mes photos. Pour autant, il était (et demeure) un appareil surprenant par la qualité des images qu’il produit. Vraiment surprenant!

Ricoh GR II

Ricoh GR II

Riquoi?!

Le Ricoh GR III est un compact haut de gamme. Un appareil « niche » destiné à toutes les personnes pour qui la photographie est un art de vivre. Il simplifie l’équation photographique en ne vous proposant qu’une focale et un encombrement minimal pour être amené partout avec vous. Sa principale force réside dans son look discret et la qualité époustouflante des images qu’il produit. Avec son 28mm, le GR est orienté photo de rue, paysage, reportage et même portrait pour les plus audacieux. À titre de référence, la focale de votre téléphone est aussi une 28mm fixe. Le Ricoh GR peut donc être comparé à votre téléphone dans son utilisation. Je précise que la qualité est en revanche bien supérieure puisque l’appareil est doté d’un grand capteur APS-C.

Si vous êtes un inconditionnel du 35mm comme je le suis, je tiens à vous rassurer sur l’utilisation de cet angle plus large. En effet, la transition se fait en douceur et pour une raison « presque » évidente. Cet appareil est un compact et il ne possède pas de viseur intégré. Vous devrez donc tendre le bras pour voir quelque chose sur l’écran et de cette manière vous comblerez la différence de distance qu’il existe entre ces deux focales. De plus, vous aurez l’air si inoffensif avec cette petite boite noire que vous pourriez gagner en confiance et vous rapprocher de vos sujets comme vous ne l’avez jamais fait auparavant.

« Le plafond des uns est le plancher des autres ». Comme souvent dans la vie, les limitations peuvent devenir des forces dans la mesure où elles sont assumées. C’est une fois qu’on a fait le deuil du viseur et de la focale imposée que cet appareil vous révèle tout son potentiel. Il devient un compagnon du quotidien, toujours là quand vous avez besoin de lui. 

Ricoh GR III

Ricoh GR III

Une expérience similaire avec quelques nouveautés

Si la formule ne change pas d’un GR à l’autre, la version III apporte quelques améliorations qui sont les bienvenues. Notamment, un nouveau capteur 24 MP stabilisé et un design optique revisité. On gagne aussi une molette et un écran tactile. Le système de mise au point est plus rapide et la fonction snap focus reste présente (fort heureusement). Du mauvais côté de la balance, on perd le flash et quelques boutons. On découvre une nouvelle batterie moins endurante, 200 photos contre les 300 auxquelles nous étions habitué. À noter qu’il n’y a toujours pas de tropicalisation, mais un système anti-poussière par vibration.

Je pense que c’est la nouvelle résolution du capteur qui présente le plus gros avantage. En effet, on peut désormais utiliser le mode crop à 35mm tout en conservant des images détaillées. L’appareil est par ailleurs beaucoup plus performant en basse lumière, ce qui est un vrai plus. La nouvelle autonomie est par contre décevante. Il faudra prévoir des batteries additionnelles!

Ricoh GR III

Ricoh GR III

GR II vs GR III

Le GR se modernise tout en gardant le cap sur les fondamentaux. Voici maintenant les scénarios qui s’offrent à vous :

  • Vous possédez déjà un GR II, vous en êtes satisfait, vous n’avez pas de gros besoins en résolution, vous êtes le plus souvent dans des bonnes conditions de lumière et vous utilisez le snap focus. Vous devriez conserver votre GR II.

  • Vous n’avez jamais essayé un Ricoh GR, vous êtes curieux, mais pas certain que l’outil convienne à votre pratique. Je recommande un GR II d’occasion. On peut les trouver pour un prix très abordable ces jours-ci.

  • Votre GR II vous a lâché, il est tombé à l’eau ou passé sous un train, vous utilisez l’autofocus, vous aimez shooter en basse lumière. Je pense que vous devriez aller avec le GR III. J’ai personnellement perdu le mien à Barcelone et c’est la raison pour laquelle j’ai fait l’acquisition du nouveau.

En résumé, le GR II reste une excellente valeur pour le prix. Le GR III quant à lui est un solide upgrade qui arrive à point nommé pour beaucoup d’entre nous.

Ricoh GR III

Ricoh GR III

Le mot de la fin

Le meilleur appareil photo est celui que vous avez envie d’amener partout avec vous. Si le Ricoh Gr III est un bon prétendant, il en existe beaucoup d’autres. Le plus important est de trouver un appareil qui vous plaise et qui ne se mette pas dans le chemin de votre créativité. Souvenez-vous qu’un voyage, un bon livre ou la rencontre avec d’autres photographes peuvent stimuler votre passion bien plus qu’un nouvel appareil ne saurait le faire.

Ricoh GR III

Ricoh GR III

Penser avec le coeur

Aujourd'hui est un jour spécial pour moi. Il y a 5 ans je mettais les pieds pour la première fois au Canada. Je renonçais à une carrière prometteuse (mais insatisfaisante) pour une aventure vers l’incertain et une rencontre avec l’inconnu (moi-même).

J’ai traversé les 10 provinces et parcouru les États-Unis de la Floride à l’Alaska. J’ai laissé la route avaler mes doutes et l’instinct guider chacun de mes pas. Je me suis détaché de mes possessions et de mes peurs pour y voir plus clair. Je suis allé à la rencontre des autres, c’est moi-même que j’ai trouvé. J’ai questionné mes choix pour finalement décider de consacrer toute mon énergie à la poursuite de mes rêves, parce que selon moi la vie n’a pas d’autre raison d’être.

montreal

Aujourd’hui je vis à Montréal et je fais de la photographie tous les jours. Je ne peux pas m’empêcher de sourire en repensant au petit gars qui descent de l’avion sans savoir ce qui l’attend. Si j’ai bien appris une chose de la vie, c’est qu’elle est aussi généreuse que surprenante! Hâtez-vous de vivre la vôtre, il n’y a pas de compromis qui tienne. Pensez avec le coeur et faites confiance à votre instinct. Tout ira pour le mieux! Je me demande bien à quoi les choses ressembleront dans 5 autres années…

C’est quand j’ai questionné le sens de ma vie qu’elle a pris tout son intérêt. J’ai constaté les mêmes changements bénéfiques dans ma pratique de la photographie. On peut faire des clics, mais le déclic c’est quand tu réalises sur quoi tu cliques. Une image sans propos, c’est comme un livre sans mots. Il faut se demander « Pourquoi? ». Pourquoi je fais de la photo? Pourquoi cette scène me captive? Pourquoi je suis en train de lire cet article de blog? La réponse est le point de départ vers une photographie plus responsable, plus mature. La prochaine fois que vous prendrez une photo, interrogez-vous sur la raison profonde qui motive votre geste. Je suis certain qu’il en résultera un cliché plus original et personnel. Chacune de vos photos parle un peu de vous alors racontez nous votre histoire.

keepgoing

En même temps, laissez vous surprendre par la beauté de l’inconnu. Une fois que votre mission en tant que photographe est claire, abandonnez vous à la photographie instinctive. C'est dans la simplicité volontaire que réside la sophistication. Focalisez sur l’essentiel et le reste se placera tout seul dans votre VIsEur. À force de pratique, on développe une grande confiance dans son intuition et ses réflexes. Cheminez votre route et laissez votre passion vous consumer, parce que c'est elle qui impulse les battements de votre coeur. Tout le monde meurt, mais peu d'entre nous vivent vraiment.

Prenez soin de vous les amis et faites dès maintenant une action qui vous rapprochera de vos rêves.

Julien